mon etat d`ame………………….

Emmène-moé là où ça sent l´amour
Pour faire mon nid le mien s´est détruit
Emmène-moé là où ça meurt le jour
Ailleurs c´est trop loin
C´est beaucoup trop loin
Ailleurs c´est trop loin
Et j´y comprends rien

Pourquoi tu pleures quand j´ te donne ma main?
De quoi t´as peur quand la nuit s´en vient?
Si t´es coincé quelque part un matin
Donne-moé donc la main
Je saurai t´aider
Donne-moé donc la main
Je saurai t´aimer

A partir de d´là c´est dur à dire
Ce serait-tu parce que j´ peux pu mentir?
C´est-tu les mots, c´est-tu la musique?
Ou ben si c´est moé
Qui est un peu fuckée?
Ou ben si c´est moé
Qui s´rait mélangée?

Aide-moé, aide-moé à me retrouver
Aide-moé, aide-moé à me retrouver, bébé
Je suis perdue
Oui je suis coincée
J´ai besoin de donner
J´ai besoin de toé

Si tu pouvais m´emmener là où ça sent bon
Oùsque mes mots vivraient quelque part
J´ m´en irais toute seule sans ton aide
J´ comprendrais un p´tit peu plus
Que c´est que j´ fais là
Mais vois-tu, j´ comprends jamais
J´ suis toujours perdue

Si j´ pouvais au moins voir de face
Ce que je sais, ce que je fuis
J´ai quelque chose en d´dans d´ mon cœur
Qui me fait vibrer tout au long de moé
Qui me fait vibrer mais j´ai rien que le goût
Hé hé hé, j´ai rien que le goût d´ brailler

Aide-moé, aide-moé à me retrouver
Aide-moé, aide-moé à me retrouver
Je suis perdue
Oui, je suis coincée
Je suis tannée de toujours me cacher

Aide-moé, aide-moé à me retrouver
Aide-moé à retrouver les mots
Je suis coincée
Oui, je suis perdue
Je suis tannée et je n´en peux plus

Bébé

mobile mobile
Publicités

26 octobre 2013

1379248_529547053801094_11264039_n

« ma meilleure amie » Bukowski

« traînant une valise de carton
au son de la marche des rats du
meublé
il faisait toujours trop chaud ou trop froid
à se les geler

et les jeunes filles étaient amoureuses
des combattants du 
dollar
et je traînais ma valise en carton
à travers le Texas, l’Arizona, la Louisiane,
la Géorgie, la Floride, la Caroline du Sud

j’étais cinglé
j’étais malade
incapable d’affronter
l’évidence
et je finissais à picoler du
gin
sur les matelas crasseux de 
nulle part
à rendre les punaises alcooliques
elles aussi

je faisais des projets du suicide qui
échouaient,
et je finissais avec des petits
boulots
fastidieux
les heures commes des cibles réduites
en bouillie par quelqu’un qui
s’en foutait
quelqu’un
de plus intelligent que moi.
je ne pouvais pas demander à Dieu
de me sortir
de

mais
dieu
que je vidais de
bouteilles

des centaines et des centaines de
bouteilles
emportées par les fleuves de 
nulle part

et on peut dire
ce qu’on veut
des méfaits de la
boisson
mais sans
elle
je n’aurais jamais pu
affronter
ces contremaîtres aux
yeux de rat et au
front
étroit

ces ouvriers qui
se contentaient de
leurs vacances et de leur
assurance sociale

le véritable
esclavage humain
de ces hommes qui ne
savaient pas
qu’ils étaient des
esclaves
et qui
se croyaient
les
élus

c’était la bouteille
et seulement
la bouteille
et toutes les
bouteilles
qui me permettaient de
vivre
ça.

chaque jour
à rêver du soir
où je serais de retour
dans ma chambre
allongé sur le lit
dans le noir
sans
chaussures
à déboucher la
bouteille
et à boire avec délices la première
gorgée.

pour
chasser
la pourriture
la décrépitude

à allumer une
cigarette et
à aimer les murs
et la clarté de la
lune
à travers la
fenêtre

j’inhalais le
monde pourri
et
je l’exhalais
juste
comme
ça

puis je reprenais
la
bouteille

non pas
faible
mais
fort :

une grande
lampée

reposant la
bouteille :

chacun
lutte
à
sa
manière. »

 

 

 

 

un-kisss_thumb.gif

samedi 19 octobre 2013

Ô Vent…

 

 

Il souffle sur la plaine,

les herbes hautes murmurent à son passage…

Il danse entre les feuilles,

caresse les cimes des arbres….

Chargé d’embruns,

Il frappe les falaises,

vole au dessus des mers…

Il s’élance au sommet des montagnes..

. Rugit dans les landes enneigées…

Il plane au dessus des étendues sauvages..

. Il vous enveloppe de sa puissance impalpable,

vous ensère dans ses bras invisibles…

Il vous emporte… dans la vallée aux milles vents…

 Huath
le-vent-du-changement