Mon fils

199930_1020468511652_1223365052_49290_8852_n

 

 

Mon fils,

Le jour où tu trouveras que je suis devenue trop vieille, essaie d’avoir un peu de patience envers moi et essaie surtout de me comprendre, mon fils…

Si je répète la même chose des dizaines de fois,

ne m’interromps pas !

Écoute-moi !

Quand tu étais petit, tu voulais que je te lise la même histoire, soir après soir, jusqu’à ce que tu t’endormes.

Si je ne me lave plus aussi souvent sous la douche,

ne me réprimande pas et ne me dis pas que c’est une honte.

Souviens-toi combien de raisons je devais inventer

pour te faire prendre un bain quand tu étais petit.

En voyant mon ignorance vis-à-vis des nouvelles technologies,

ne te moque pas de moi, mais laisse-moi plutôt le temps

d’assimiler tout ça et de comprendre.

Je t’ai appris tant de choses… bien te tenir à table… bien t’habiller… bien te présenter… comment confronter les problèmes de la vie…

« Le jour où tu trouveras que je suis devenue trop vieille,

essaie d’avoir un peu de patience envers moi et essaie surtout de me comprendre. »

S’il m’arrive à l’occasion de manquer de mémoire

ou de ne pouvoir suivre une conversation…

laisse-moi le temps nécessaire pour me souvenir…

et si je n’y parviens pas, ne sois pas nerveux et arrogant…

car le plus important pour moi, c’est d’être avec toi et de pouvoir te parler.

Si je refuse de manger, ne me force pas !

Je sais très bien quand j’ai faim et quand je n’ai pas faim.

Quand mes pauvres jambes ne me permettront plus

de me déplacer comme avant…

…tends-moi les bras comme je tenais tes petites mains

pour t’apprendre à faire tes premiers pas.

Et quand un jour, je te dirai que je ne veux plus vivre…

que je veux mourir… ne te fâche pas…

car un jour, tu comprendras aussi à ton tour !

Essaie de comprendre qu’à mon âge, on ne vit plus vraiment.

On survit simplement.

Un jour, tu comprendras que malgré toutes mes erreurs,

j’ai toujours voulu ce qui était le mieux pour toi et que

je te préparais le terrain pour quand tu serais grand.

Tu ne dois pas te sentir triste, malheureux ou incompétent

face à ma vieillesse et à mon état.

Tu dois rester près de moi, essayer de comprendre

ce que je vis, faire de ton mieux comme je l’ai fait à ta naissance.

Aide-moi à marcher… aide-moi à terminer ma vie avec amour et patience.

La seule façon qu’il me reste pour t’en remercier, c’est un sourire et beaucoup d’amour pour toi.

Je t’aime… mon fils !

Ta Maman

sans commentaire on écoute voila!!!! fermez la musique a droite

Quand j’étais sur la terre
Sous-locataire
D’un kilo de futur
Des monsieurs incomplets-vestion
M’ont invité à une grande déception

Maintenant je ne pleure plus
Je ramasse des vies
Pour le jour J
Et dans mon coeur-bunker
Je frappe monnaie à ton effigie

Va-t’en pas
Dehors les chemins sont coulants
Les serments de rosée
Va-t’en pas
Dehors y a des silences bondés
D’autobus tombés sur le dos

Et vaniteux qu’ils sont
Aux bouquets de clés
Aux bijoux de panique
Ils vont t’asseoir dans un bureau
Pendant qu’ici il fait beau

Ils perceront l’écran
Pour t’offrir une carrière
Où noyer ton enfant
 » Ils briseront les lois
Les cadenas et les os « 

Va-t’en pas
Dehors y a des orgies d’ennui
Jusqu’au fond des batteries
Va-t’en pas
Dehors j’ai vu un ciel si dur
Que tombaient les oiseaux

Tu sais que je lis
Sous les robes du temps
Et dans les lignes du ciment
Toi tu as des yeux
Qui trahissent le sort
Tu mérites l’amour

Maintenant que tu vois
Tout ce qui n’existe pas
Et si tu veux venir
Neptune me guide
Où j’ai semé des larmes
Mes armes sont en fleurs

Va-t’en pas
Moi j’ai tant d’amis
Je peux pas les compter
Va-t’en pas
J’ai autant d’amis
Que mille Mexico
Va-t’en pas

Paroles et Musique: Richard Desjardins   1990  « Tu m’aimes-tu »

bonne fin de semaine profitez en bien 

mouton noir

 

Le monde couraille à gauche à drette
comme un troupeau qui court dans bouette

Y’en a qui calent, y’en a qui arrêtent
pis tous les autres y pillent su’à tête

Certains ont l’pied tellement pesant
qu’y en écrasent même les survivants

De c’façon-là y sont certains
qu’ça va leur faire ben plus de foin

On regarde les jeunes, on regarde les vieux
pis on se demande qui c’est qu’est l’mieux

Quelle différence qu’y a dans l’fond
c’est tout le même troupeau d’moutons

Problème de drogue, d’économique
l’un cherche du pot, l’autre cherche du fric

Qu’on l’mette en banque, qu’on l’roule en joint

ben du foin c’est toujours du foin

Pis quand le foin se fait plus rare,

tout le troupeau court su’l même bord

Y’a tellement d’marde d’accumulée
qu’y trouvent rien d’autre que du fumier

Fa qu’là tout saute dans la machine,
on crie, on beugle, on assassine

Les seuls qui veulent rien savoir
ce sont les pauvres

p’tits moutons noirs

plume latraverse

Anna de Noailles poetesse ♥

noailles

Anna, princesse Brancovan, comtesse Mathieu de Noailles, poètesse française (1876-1933)

Née le 15 novembre 1876 à Paris et décédée à Paris le 30 avril 1933.

Anna de Noailles épouse Mathieu de Noailles en 1897. Le couple fait partie de la haute société parisienne de l’époque.

Anna et Mathieu de Noailles n’auront qu’un fils, le comte Anne Jules de Noailles né en 1900 et décédé en 1979.

Anna écrit trois romans, une autobiographie et de merveilleux poèmes.

 

De très beaux poèmes où s’entremêlent, l’amour, la déception amoureuse, les rêves secrets et le désir.

Anna de Noailles est la première femme devenue commandeur de la Légion d’honneur et l’Académie française nomma un prix en son honneur.

Elle est aussi la première femme reçue à l’Académie Royale de Langue et de Littérature de Belgique (lui ont succédé Colette et Cocteau).

Anna de Noailles meurt en 1933 et est inhumée au cimetière du Père-Lachaise mais son cœur repose dans le cimetière d’Amphion-les-Bains.

3094458815_1_3_gEMYsMVc

 

 

 

Jours de douleur sans courage.

Les vers que je t’écris ne sont pas d’Orient,

Je ne t’ai pas connu dans de beaux paysages,

Je ne t’ai vu mobile, anxieux ou riant,

Qu’en des lieux sans beauté qu’animait ton visage.

Tout le tragique humain je l’ai dit simplement,

Comme est simple ta voix, comme est simple ton geste,

Comme est simple, malgré son fastueux tourment,

Mon invincible esprit que ton œil rend modeste.

Mon front méditatif, et qui porte le poids

De sentir s’emmêler à mes pensers les astres,

Te bénit pour avoir appris auprès de toi

Le rêve resserré et les humbles désastres.

Et si ton innocent et rayonnant aspect

Ne m’avait longuement imposé son mirage,

Je n’aurais pas la vive et misérable paix

Qui préserve mes jours des douleurs sans courage.

Anna de Noailles.

3094253927_1_3_obPr4drm

un immense talent

APTOPIX Mexico Garcia Marquez

110505075754443615

COUP DE COEUR

à l’écrivain GABRIEL GARCIA MARQUEZ…

Sachant que sa fin était proche,il a écrit cette merveilleuse lettre….

 Si pour un instant Dieu oubliait que je suis une marionnette en chiffon

et qu’il m’offre un morceau de vie,

je profiterais de ce temps le plus possible.

Je suppose que je ne dirai pas tout ce que je pense,

mais en définitif je penserais tout ce que je dis.

Je donnerais une valeur aux choses ,

pas pour ce qu’elles valent,mais pour ce qu’elles signifient.

Je dormirais peu,je rêverais plus .

Je crois que chaque minute passée les yeux fermés

représente soixante seconde en moins de lumière…..

Si je savais que je te vois dormir aujourd’hui pour la dernière fois,

je t’embrasserais trés fort

et je prierais le Seigneur

pour pouvoir être le gardien de ton âme.

Si je savais que ce sont les dernières minutes où je te vois,

je te dirais JE T’AIME sans présumer bêtement

que tu le sais déjà.

Le lendemain n’est garanti à personne,

qu’il soit jeune ou vieux.

Aujourd’hui peut-être le dernier jour

où tu vois ceux que tu aimes.

N’attends pas ,

fais-le aujourd’hui car si demain ne vient pas,

tu regretteras sûrement

de n’avoir pas pris le temps de sourire,

d’une caresse,

d’un baiser,

car tu étais trop occupé pour pouvoir faire plaisir….

988887Sanstitre261

une autre de mes créations

 

 

r4

LE FROMAGE D`ICI

Si l’industrie du fromage fin est relativement récente,

le Québec demeure tout de même un endroit en Amérique du Nord qui possède une longue tradition de production de fromages fins.

À preuve, les origines du fromage OKA.

La recette du fromage OKA a été créée en 1893

par la communauté des Pères Trappistes située à Oka.

Leur fromage est si bon (c’est connu!) que leur commerce prit un essor fulgurant.

Ils ont fini par vendre leur activité commerciale en 1974

aux Distilleries Meagher ltée pour se vouer à des voies plus spirituelles.

Dans les années 1980, Agropur rachète l’affaire.

Heureusement, un employé d’expérience, Denis Griffith,

est toujours sur place et pouvait témoigner

de l’ambiance de travail qui régnait du temps des religieux.

La Voie Lactée, un journal destiné aux employés de la coopérative, a recueilli son expérience.

Véritable école fromagère pour Denis Griffith,

la conception du fromage OKA

sous la direction des Pères Trappistes se faisait en silence.

C’était, selon lui, la règle d’or.

« Seul le père Justin, qui était chargé de diriger les opérations,

risquait quelques mots à l’occasion, disait-il.

Encore fallait-il que ce soit tout à fait nécessaire. »

Si l’ambiance de travail était plutôt pieuse,

Denis Griffith semblait en garder un bon souvenir.

Il affirmait que les Pères, silencieux en communauté,

étaient un peu plus bavards lorsqu’on les prenait à part.

Les employés qui voulaient partager leur table à l’heure du dîner

le pouvaient et, semble-t-il, on y mangeait bien!

La générosité des Pères Trappistes était connue dans la région.

L’arrivée d’Agropur a, bien sûr, modernisé la production,

mais le fromage Oka garde son caractère historique.

La prochaine fois que vous y goûterez, pensez-y : la recette de ce fromage a

déjà près de 120 ans!

Pas mal, non?

Fin Fino

 

 

Qui n’aime pas les vieilles publicités?

En 75 ans, Agropur en a fait pas mal

et celle-ci est l’une de mes préférées.

Une vraie pièce de théâtre à l’écran!

Fin Fino

 

 

 

a la prochaine !

 

 

 

bonne fin de semaine

Tu penses que tu es moche
Tu as des capacités et des moyens
Ajoute-les alors à ta laideur
Ne reste pas stationnaire, développe-toi
Tu n’es pas parfait, mais tu plaît

poesie - Rain-Blog


Pourquoi t’ennuyer
alors que tu as des amis
C’est un avantage à saisir
Tu dépend des autres
Voilà peut-être ce qui te sauvera


poesie - Rain-Blog


La vie est en principe simple
Tu la complique parfois
par désir de domination, peut-être
Est-ce que tu mérite ça
Existe et fais-le bien