Je prefere dormir que m’ennuyer .

Je prefere le chaud au froid .

Je prefere la forêt aux Champs Elysés .

Je prefere les rolling Stones aux Beattles .

Je prefere les mots aux armes .

Je prefere l’ombre a la lumiere .

Je prefere le pardon a la vengeance .

Je prefere donner des sourires que des larmes .

Je prefere l’Amitié a l Amour.

Je prefere donner que vendre .

Je prefere les regrets aux remords .

Je prefere agir que de regarder .

Je prefere la nuit au matin .

Je prefere le Vendredi au Dimanche .

Je prefere en rire que d’en pleurer .

Je prefere les secrets aux mensonges .

Je prefere partir que revenir .

Je prefere vivre que d’exister .

Je prefere mourrir que de souffrir !

Je prefere souffrir que de ne pas exister .

Mais je prefere me taire pour que tu saches qui je suis !

Keep on Keepin’ on

 

defi de MEL………….

Au lit, l’autre soir avec ma femme,

 la température montait rapidement.

Au moment de passer aux choses sérieuses,

 elle m’arrêta et me dit:

– Non, mon amour, je ne le sens pas bien…

Puis elle ajouta :

– Je n’ai pas spécialement envie,

 je voudrais juste que tu me tiennes dans tes bras.

 Tu n’es pas assez en phase avec mes besoins émotionnels de femme

pour que j’ai envie de satisfaire tes besoins sexuels d’homme !

A mon regard ébahi, elle enchaîna :

– Je voudrais que tu m’aimes pour ce que je suis

 et non pour ce que je fais pour toi au lit

Comprenant que rien ne se passerait ce soir la,

 je n’insistai pas et je m’endormis….

Quelques temps après,

je décidai de passer une journée avec elle.

Après un dîner dans un restaurant sympa,

 je l’emmenai dans un magasin de mode

 où je l’invitai à essayer divers vêtements

sous mon regard intéressé.

Pendant un long moment,

 elle essaya tout ce qui tombait sous ses yeux et

parada devant moi comme une star.

Finalement,

deux robes retinrent spécialement son attention.

Comme elle ne savait pas se décider,

 je lui laissai entendre qu’elle prendrait bien les deux.

A l’étage suivant, se trouvait le rayon chaussures :

 une paire neuve par robe semblait indispensable.

Une jolie paire de boucles d’oreilles lui faisait de l’oeil :

 hop, dans le panier !

Croyez moi, ses yeux brillaient de plus en plus!!!

Je la connais,

 je voyais monter en elle une forme d’excitation indescriptible.

Elle voulut même me tester, voir jusqu’ou j’irais,

car elle s’intéressa à la lingerie, un foulard, au rayon parfum

 et maquillage et encore quelques bricoles.

Je répondis oui.

Finalement, elle me regarda

avec des yeux pétillants comme du champagne, et dit :

– Ça va être cher tout ça… On passe a la caisse ?

Je lui répondis :

– Non, mon amour, je ne le sens pas bien…

Son visage devint béat d’étonnement

 et sa bouche resta ouverte!

Je lui dis alors :

– Je n’ai pas spécialement envie,

 je voulais simplement te voir habillée ainsi.

Tu n’es pas assez en phase avec mes capacités financières d’homme

 pour que je puisse satisfaire tes désirs d’achats de femme.

Et comme elle me regardait avec des yeux assassins, j’ajoutai :

– Je voudrais que tu m’aimes

pour ce que je suis et non pour ce que je t’achète.

 

vieux poeme

beauuuuuu

Que sont mes amis devenus
Que j’avais de si près tenus
Et tant aimés
Ils ont été trop clairsemés
Je crois le vent les a ôtés
L’amour est morte
Ce sont amis que vent me porte
Et il ventait devant ma porte
Les emporta

Avec le temps qu’arbre défeuille
Quand il ne reste en branche feuille
Qui n’aille à terre
Avec pauvreté qui m’atterre
Qui de partout me fait la guerre
Au temps d’hiver
Ne convient pas que vous raconte
Comment je me suis mis à honte
En quelle manière

je suis pas bien bb je v plu vivre sans toiiiiiiii

Que sont mes amis devenus
Que j’avais de si près tenus
Et tant aimés
Ils ont été trop clairsemés
Je crois le vent les a ôtés
L’amour est morte
Le mal ne sait pas seul venir
Tout ce qui m’était à venir
M’est advenu

trop bien fé

Pauvre sens et pauvre mémoire
M’a Dieu donné, le roi de gloire
Et pauvre rente
Et droit au cul quand bise vente
Le vent me vient, le vent m’évente
L’amour est morte
Ce sont amis que vent emporte


Et il ventait devant ma porte
Les emporta….

Rutebeuf (1230-1285)

j'adore


CRUSE

merci ma copine pour ce beau texte

Espérons qu`il

est pas trop tard

 

Regine Rege

sourions a la vie

en regardant les actualites
en ecoutant les gens autour de moi
en lisant sur le net ,un peu partout
le monde tourne pas rond

et pourtant

nous sommes toujours la sur cette terre
et tant que nous y sommes ,

ben faisons du mieux qu’on peut


la fin du monde en decembre 2012 ,

ben on le verra bien


en attendant ,on a encore du temps

a vivre et faire un monde meilleur

depuis que je suis toute petite

la fin du monde


m’a été annoncee des dizaines de fois


et pourtant ,je suis encore la et la terre avec vous

alors tant que le monde est la ,

faut pas qu’on lache prise


faut pas qu’on pleure toujours

sur ce que l’on n’a pas


mais soyons plutot heureux

d’avoir ce que nous avons


meme si ce n’est pas un chateau ,

meme si ce n’est que le minimum

on peut vivre avec pas grand chose


de l’ambition faut en avoir

mais en etant raisonnable


moi je me dis ,

que c’est deja bien ce que j’ai


je n’ai pas de dettes et j’ai de quoi vivre


pas faire des folies mais je vis

notre monde

n’est pas beau a voir

c’est vrai


mais si chacun de nous regardait

autrement le monde


on pourrait tous vivre mieux,

sans etre riche peut etre


mais vaut mieux

une ptite chaumiere qui rit


qu’un chateau qui pleure ,comme dit ce proverbe

notre terre est polluee ,

de la faute a qui


ben de notre faute aussi ,

a vouloir encore plus


a vouloir toujours etre a la mode ,

a vouloir toujours etre mieux que l’autre

je suis une campagnarde

et quand je regarde notre terre


je m’apercois ,

que l’agriculture disparait

de notre environnement


qu’on prepare des carburants

avec du mais et plein d’autres choses


et la nourriture de l’homme ,

on y pense aussi

avoir plus de biens materiels

avoir plus de loisirs,


avoir plus de tout

et n’importe quoi


c’est gonfler a bloc nos poubelles ,`

nos dechets ,

notre terre


pourquoi creer encore et encore ,

alors qu’il y a tant a faire


pour recycler ,

trouver des solutions pour ce qu’il y a sur

la terre


et non ,dans notre terre

je ne suis pas pessimiste ,

je suis optimiste au contraire


je me dis que l’homme

peut faire de grandes et belles choses


qu’un jour ,

il comprendra qu’on ne peut pas

continuer comme ca


a detruire tout pour tout ce superflu

qui encombre nos maisons


et plus encore

voila ,

je vous laisse en vous disant ,

n’oubliez pas notre terre


elle a besoin d’air ,

qu’on la laisse un peu tranquille


n’oubliez pas l’etre humain

qui a besoin de chacun de nous


pour vivre au moins decemment

et reprendre une place dans notre societe

 

le monde peut etre beau ,

si nous savons regarder dans ce chemin


qui est le partage ,

l’entraide et tout ce qui va avec


aimons la terre ,la nature ,

l’homme ,serrons nous les coudes


arretons ces guerres qui ne servent a rien ,

juste pour les richesses


nous partirons les mains vides

dans notre fin de vie

bisous bisous et gardons le sourire

et donnons autour de nous


le plus d’amour possible

pour que le monde rayonne de bonheur

une pensee pour anita ,qui est devenu un ange et qui le restera


et pour tous ces anges qui veillent sur nous

 

Merci ma Regine

tu es une femme de grand coeur

 

 

 

 

 

 

bon matin les zamis

La vie est si simple…

COMMENT SEDUIRE UNE FEMME


Faites-lui des compliments

Entourez-la de vos bras puissants

Embrassez-la

Caressez-la

Calinez-la

Aimez-la

Amusez-la

Excitez-la

Réconfortez-la

Protegez-la

Réchauffez-la

Entretenez-la

Offrez-lui des fleurs

Emmenez-la au resto

écoutez-la

écoutez-la encore

écoutez-la vraiment

Prenez soin d’elle

Restez pres d’elle

Encouragez-la

Soyez son meilleur ami

Allez jusqu’au bout du monde pour elle

COMMENT SEDUIRE UN HOMME

Mettez-vous toute nue.

Apportez-lui une biere !

Auteur inconnu

lalalere

2012-01-15

grand nord

S’ouvrir au silence

Laissez fondre le silence sur nos esprits,

Comme un sucre que nos dents ne croqueraient pas…

Goûter toute la saveur du vide de mots,

S’attarder en longueur sur un sens suspendu,

Dans l’air empli du plein de vide de langage…

Oralité enterrée sous nos palais secs,

Langue du regard où l’on s’aguerrit et gagne

L’intense sincérité de deux êtres tus ;

Soudain les yeux se suivent et les cœurs se reflètent !

Lèvres fermées de deux êtres pourtant ouverts,

Face à face et l’un à l’autre, en compréhension…

Laisser respirer nos cœurs asphyxiés de phrases,

Aérer nos si pâles sensibilités…

En ouvrant largement notre âme à l’autre,

Nous devenons nous-mêmes. S’exprimer sans silence,

Efface et affadit la saveur de nos êtres.

bj

 

fatiguée moi …………..

fatigue1Web

L’éloge de la fatigue

Robert Lamoureux

Vous me dites monsieur, que j’ai mauvaise mine,
qu’avec cette vie que je mène, je me ruine.
Qu’on ne gagne rien à trop prodiguer,
vous me dites enfin, que je suis fatigué.
Oui je suis fatigué monsieur, mais je m’en flatte,
j’ai tout de fatigué : le cœur, la voix, la rate.
Je m’endors épuisé, je me réveille las,
mais grâce à Dieu, je ne m’en soucie pas.
Et quand je m’en soucie, je me ridiculise,
la fatigue souvent n’est qu’une vantardise.
On est jamais aussi fatigué qu’on le croit,
et quand cela serait, n’en a t-on pas le droit?
Je ne vous parle pas des tristes lassitudes,
qu’on a lorsque le corps harassé d’habitudes,
n’a plus que pour se mouvoir que de pales raisons.
lorsqu’on fait de soi son unique horizon.
Lorsqu’on a rien à perdre, à vaincre ou à se défendre.
Cette fatigue là est mauvaise à entendre.
Elle fait l’œil morne, le front lourd, le dos rond,
et nous donne l’aspect d’un vivant moribond.
Mais se sentir plier sous le poids formidable,
des vies dont un beau jour on s’est fait responsable.
Savoir qu’on a des joies ou des pleures dans ses mains,
savoir qu’on est l’outil, qu’on est le lendemain.
Savoir qu’on est le chef, savoir qu’on est la source,
aider une existence à continuer sa course.
Et pour cela se battre à s’en user le cœur,
cette fatigue là monsieur, c’est du bonheur.
Et sûr qu’à chaque pas, chaque assaut qu’on livre,
on va aider un être à vivre ou à survivre.
Et sûr qu’on est le port et la route et le guet,
où prendrait on le droit d’être fatigué?
Ceux qui font de leur vie une belle aventure,
marque chaque victoire en creux sur leur figure.
Et quand le malheur vient y mettre un creux de plus,
parmi tant d’autres creux il passe inaperçu.
La fatigue monsieur est un prix toujours juste,
c’est le prix d’une journée d’efforts et de lutte.
C’est le prix d’un laboure ou d’un mur ou d’un exploit,
non pas le prix qu’on paie, mais celui qu’on reçoit.
C’est le prix d’un travail, d’une journée remplie,
et c’est la preuve aussi qu’on vit avec la vie.
Quand je rentre la nuit et que ma maison dort,
j’écoute mes sommeils et là, je me sens fort.
Je me sens tout gonflé de mon humble souffrance,
et ma fatigue alors, c’est une récompense.
Et vous me conseillez d’aller me reposer,
mais si j’acceptais là ce que vous me proposez,
si je m’abandonnais à votre douce intrigue,
mais je mourrais monsieur, tristement
de fatigue f

atigue.

bisous doux

L’éloge de la fatigue

Robert Lamoureux

Vous me dites monsieur,