Regardes bien les gens

que tu trouves supérieur à toi,

 regardes tout leur défauts,

 regarde bien leur façon

de faire semblant d’être à l’aise …

 bref regarde comme ils sont nuls …

 

 ce n’est pas une critique …

 on est tous aussi nuls

 les uns que les autres …

 

 ne te laisse pas envahir

par un sentiment d’infériorité,

 tu risques de finir par lui

obéir et te laisser écraser …

 

Donc essais dans tes moments

de doute de t’imaginer

 à quel point tu es petit

 sur cette planète

 et que patauger un peu socialement,

 c’est pas si grave dans le fond …

 

 détend toi et dédramatise

 

 

Image du Blog cocokikou.centerblog.net

bonne journée les zamis…….

 

mon amour

Je n`ai pas

encore trouvé

l`homme

qui me fera

 

réver

 

 

Je le cherche

partout

Il faut que j`arrete

de chercher

Un moment donné,

Il viendra tout seul

vers moi !

sans tambour ni

trompette

J`uste ses deux

mains tendus vers

moi!

voter pour moi

NON

Je ne l `ai pas encore

rencontrer, l`homme

qui me fera

Délirer

Dériler de passion

Il y aura de l`émotion..

Dans mes yeux

remplis de larmes

quand il me dira

Io486396

 

Je le cherche..

Est `il ici ou

loin

celui qui changera

mon destin 

merci a tous je vous adore

 

z4b39f05b12da7

 

pour vous dire ………….

 

Les amis il est

3hresP. M.

Ce matin en me

levant, je me suis

dis fini les blogs

je vais me consacrer

a étudier photo

filtre studio

01

 

 

la joke la dedans

me voici en train de vous faire un billet

08

donc tout ca pour

vous dire que je pourrais

pas

aller vous

voir a chaque jours

je me dois a mes

3 forums …

alors je vais

partager

forum

e-loader.net

 

 

 

 

IMAGE DE FLEUR

 

 

bon lundi a vous

 

Vieille légende hindoue !

Une veille légende hindoue raconte qu’il y eut un temps

où tous les hommes étaient des dieux ;

mais ils abusèrent tellement de leur divinité que Brahma,

le maître des dieux,

décida de leur ôter le pouvoir divin

et de le cacher à un endroit

où il leur serait impossible de le retrouver.

Le grand problème fût

donc de lui trouver une cachette.

Lorsque les dieux mineurs furent convoqués

à un conseil pour résoudre ce problème,

ils proposèrent ceci :

– « Enterrons la divinité de l’homme dans la terre. »

Mais Brahma répondit :

– « Non, cela ne suffit pas,

car l’homme creusera et la trouvera. »

Alors les dieux répliquèrent :

– « Jetons la divinité dans

le plus profond des océans. »

Mais Brahma répondit à nouveau :

– « Non, car tôt ou tard,

l’homme explorera les profondeurs de tous les océans,

et il est certain qu’un jour il la trouvera

et la remontera à la surface. »

Alors les dieux mineurs conclurent :

– « Nous ne savons pas où la cacher

car il ne semble pas exister sur terre

ou dans la mer d’endroit que l’homme

ne puisse atteindre un jour. »

Alors Brahma dit :

– « Voici ce que nous nous ferons de la divinité de l’homme :

nous la cacherons au plus profond de lui-même,

car c’est le seul endroit

où il ne pensera jamais à chercher. »

Depuis ce temps-là,

conclut la légende,

l’homme a fait le tour de la terre,

il a exploré,

escaladé, plongé et creusé,

à la recherche de quelque chose …

qui se trouve en lui.

Auteur inconnu

je vous adores

 

citation Québecquoise

 

 

sourire pour Pat

Je sais faire l’amour,

mais je ne sais pas faire l’amitié.

Est-ce qu’on se déshabille?

Est-ce que tu gardes ton jupon ?

Ce qu’on ôte,

c’est son masque.

C’est son coeur qu’on dévêt.

Réjean Ducharme

 

Pdcnpzpt

 

 

 

 

 

 

**

 

 

 

Emile Coderre (1893-1970)

dit Jean Narrache

Poète, pharmacien; 
auteur de nombreux textes pour la radio.

 LE CREPUSCULE EST DOUX 

 

Le crépuscule est doux comme un de tes sourires.
                           Dans l’ombre qui bleuit lentement on dirait
                           Qu’on entend le refrain d’amour et de délire
                           D’un poète qui chante au loin dans la forêt.
                          
                           Ce murmure léger, c’et la voix des bohèmes,
                           De ces rêveurs, martyrs d’un idéal trop beau,
                           Morts avant de connaître une âme qui les aime,
                           Une âme où leur chanson eût trouvé un écho.
                          
                           Toi, tu sais écouter mon humble cantilène,
                           Tu comprends qu’un poète est un enfant toujours,
                           Tu partages ma joie et pleures de ma peine
                           Et tu me fais chanter en me berçant d’amour.
                          
                           Viens au jardin plein d’ombre et de tendre mystère
                           Où nous pourrons rêver doucement seul à seul,
                           Tandis que dans la nuit, rêveuse et solitaire,
                           L’âme des Nelligan pleure dans les tilleuls.
                          
                           Et comprends maintenant le bonheur que je goûte
                           Lorsque mon humble chant monte pour te charmer:
                           Ce n’est pas seulement ¨le grand soir¨ qui l’écoute,
                           Car tu daignes l’entendre et tu daignes m’aimer.
                          
                           1922
                           
                           
                          

 

 

 

pours vous mes ami(e)s JOYEUSES PAQUES

trop trop ………

 

 

Une chanson inédite de Dédé Fortin est lancée

Baise-moé encore
Baise-moé encore pour fuire le monde
Des dominants, des dominés
Des herbivores, des carnivores
Et parlant d’herbe roules-en donc un
Roules-en donc un qu’on redevienne
Qu’on redevienne l’instant d’un spliff
Des souverains improductifs

Je ris au nez des vendeurs d’ordre
Des exploiteurs endimanchés
Distributeurs de cochonneries
Et de bonheurs préfabriqués
Allez vous en au paradis
Bande de téteux pis lachez-moé
Ch’tanné d’entendre toutes vos conneries
Vos saloperies pis vos menteries
Pis d’voir vos yeux ambitionneux
Crier youppie! J’ai réussi!
Ostie

Pis si ô moins
Y’en avait moins
Y’en avait moins de pauvres crétins
En train de s’faire faire un blow job
Au p’tit bureau qui s’trouve en haut
D’la pyramide des affranchis
J’en f’rais des p’tits tout plein cent mille
Merci la vie ben oui, ben oui
Ça s’rait super j’pourrais aller faire
Du kid kodak dedans la belle
Dedans la belle télévision
J’aurais l’air d’un roman savon
Toutes les matantes s’raient toutes contentes

J’dirais ça c’est ma p’tite famille
Ça s’rait parfait pour mon image
« Ah! Qu’c’est don’ cute », dirait la fille
À travers de son maquillage

Je ris au nez des vendeurs d’ordre
Des exploiteurs endimanchés
Distributeurs de cochonneries
Et de bonheurs préfabriqués
Allez vous en au paradis
Bande de téteux pis lachez-moé
Ch’tanné d’entendre toutes vos conneries
Vos saloperies pis vos menteries
Pis d’voir vos yeux ambitionneux
Crier youppie! J’ai réussi!
Ostie

Pis si ô moins
Y’en avait moins
Y’en avait moins de pauvres crétins
Prêts à mourir pour la patrie
Kalishnikov & compagnie
Pour faire rouler l’économie

Bonjour c’est moi l’caméraman, êtes-vous victime de quelque chose?
Ta yeule toé!

Sacrament madame! Pour faire rouler l’économie
Sacrament madame! Pour faire rouler l’économie

Paroles:

Dédé Fortin