Je le cherche partout

Je n’ai pas encore trouvé
L’homme qui me fera rêver
Je le cherche partout
Il faut que j’arrête de chercher
Un moment donné
Il viendra tout seul vers moi
Sans que je m’y entendre le moins

Je ne l’ai pas encore rencontré
L’homme qui me fera délirer
Délirer de passion
Il y aura de l’émotion
Dans mes yeux remplis de larmes
Quand il me dira « Je t’aime »

Je le cherche pourtant au loin
L’homme qui m’aimera que pour moi

valentine

A TOUS JE VOUS FAIT DES...
Publicités

defi Egypte …………severine

Je suis l’homme tout puissant
Habillé de son pagne blanc,
Je pars sur mon char en campagne
Je chasse les Envahisseurs tyrans et pilleurs

Le soleil se lève sur Karnak
J’entre dans le temple
me prosterner devant Amon-Râ
pour me préparer mes armes, au combat

Le Fayoum prospère de ses richesses
Mon peuple a de quoi se nourrir
avec pain, bière, poissons, viande et figues
et le Nil en crue les inonde
croyant la fin du monde

Je règne sur mon trône avec la corégence
souvent, parfois, les sentiments sont l’insouciance
Je fais appel à mon vizir pour gérer les conflits
Les récompenses, les cadeaux sont mes pays conquis
les complots, les traîtres, je les punie
je hais ceux qui en veulent à ma vie

Je suis l’homme tout puissant
habillé de son pagne blanc,
je pars sur mon char en campagne
je chasse les Envahisseurs tyrans et pilleurs

Grand bâtisseur, je construis
temples et pyramides pour mon peuple
pour la gloire de mon territoire
pierre par pierre, remontant notre mer
jusqu’au plus profond de nos terres
le peuple dévoué à moi regarde
s’ériger la grandeur de l’Egypte

Le soleil se couche sur la Vallée des Rois
Osiris, Thôt, Anubis sont désormais mon Tribunal
devant l’Ennéade, ils font passer leurs Lois
A travers la voix des dieux,
je continuerais à accomplir leurs vœux

Je suis l’homme tout puissant
dans mon linceul embaumé
viendront des millions de gens
effectuer mon dernier voyage
et me donneront l’immortalité

Texte : Claire Dannhauer & Pierre Odier

je vous adore mes copinets !!!!!

 

 

Une histoire touchante d’amour et de mariage…

Un très vieil homme était étendu

 mourant dans son lit.
Soudain, il sentit l’odeur de ses biscuits

 aux pépites de chocolat favoris.

Il prit le peu de force qui lui restait

pour se lever du lit.
Se tenant après le mur,

 il se dirigea hors de la chambre à coucher.
Et avec un plus grand effort,

 il descendit l’escalier en

tenant la rampe avec ses deux mains.
En respirant péniblement,

 il se tint dans le cadrage

 de porte regardant vers la cuisine.
 

S’il n’avait pas été à l’agonie,

 il se serait cru déjà rendu au ciel.
Là, dans la cuisine,

 sur la nappe,

 il y avait des centaines

de ses biscuits favoris.

 

Était-ce le ciel ?
Était-ce un acte héroïque

 de sa femme dévouée

désirant qu’il quitte ce monde

 en homme heureux ?
Dans un ultime effort,

 il rampa vers la table.
Se soulevant péniblement

 avec ses mains tremblantes,

 il tenta de prendre un biscuit.
 

Soudainement,

 il reçut un coup de spatule

que lui donna sa femme.

 

« Tiens-toi loin » dit-elle

 « c’est pour les funérailles ».

 

 

il va faire super beau donc

 je serais absente 

 je ferme pour aujourd`hui

 

Sonnet d’été à la ville endormieQue c’est mystérieux une ville qui dort,
Fenêtres volets clos, ses ruelles désertes,
Le silence profond de ses maisons offertes
Au regard du rôdeur, qui jamais ne s’endort.Pourtant on veille encor dans le bistrot du port
Où l’on chante, où l’on boit à futailles ouvertes.
Le marin qui se livre aux caresses expertes
Sera pauvre demain, mais bénira son sort.Le passant attardé qui pour rentrer se presse,
Ne sait pas que déjà, la nuit enchanteresse
Etend sur la cité son manteau de velours.

Jusqu’à l’éveil d’Eos, qui déchire ses voiles,
Neuve chaque matin, recommencée toujours,
La ville va bercer ses myriades d’étoiles.

_________________
renée jeanne mignard
 

 

 

j`ai oublié de signer ma créa grrrrrrrrrrr

 

Qu’êtes-vous devenues mes femmes
Vous qui m’avez tant aimé?
Dans quel coin cachez-vous vos larmes
Depuis qu’on est séparé?
Dites, qu’êtes-vous devenues?Toi, Rose, Rose ma première
Et pour qui j’étais le premier
Qui me mêlait à ses prières
Rose que j’ai tant fait pleurer– Ce n’étaient que larmes de femmes
Un étranger les a séchées
J’ai pleuré plus que j’ai souffert
Il avait de beaux grands yeux verts
– Et vous vivez un grand amour
– Et nous vivons un grand amour

Toi, Julie, Julie ma seconde
À qui j’ai fait tant de chagrin
Toi qui étais si seule au monde
Lorsque j’ai pris le dernier train
Toi, Julie, qu’es-tu devenue?

Toi, Marie, Marie ma troisième
Qui l’a remplacée dans ma vie
Et qui voulais donner la tienne
Le jour où je suis parti

– Après toi, il en fut un autre
Et après lui, un autre aussi
– Moi, je vais d’un amour à l’autre
Comme Rose et comme Julie
– Comme Rose et comme Julie
– Julie, Marie, Rose et les autres

Qu’êtes-vous devenues mes femmes
Vous qui m’avez tant pleuré?
Qu’êtes-vous devenues mes femmes
Vous aurais-je si mal aimées?
Ou vous ai-je si mal connues?

Anne qui voulait s’exiler
Jeanne qui voulait se foutre à l’eau
Louise qui voulait se cloîtrer
Et moi qui pleurais comme un sot

– C’était un merveilleux orage
– C’était un merveilleux chagrin
– Il allait bien à mon visage
– Et moi, je m’en souviens très bien
C’était un beau chagrin d’amour
– C’était un beau chagrin d’amour

Et toi, mon âme, ma dernière
S’il fallait que je parte un jour
Choisirais-tu un autre amour
Ou bien le fond de la rivière?

– Moi, je n’en suis plus aujourd’hui
À mon premier chagrin d’amour
J’ai consolé Rose et Julie
Et Jeanne et Marie, tour à tour
– Tu m’attends depuis si longtemps
 

merci Jean-pierre Ferland-

 

https://i1.wp.com/img4.hostingpics.net/pics/7419040bonlundi25.gif

mal de vivre……………sos

Laisse-moi seul avec moi-même
Avec mes rêves d’océans
Laisse-moi seul dans mes  » je t’aime « 
Laisse-moi seul pour très longtemps

Au nom des verres qu’on a vidés

 

 

Laisse-moi seul, y a rien à voir
Laisse-moi seul pour décider
Ce que je fais de mon histoire

Je connais tous les continents
Laisse-moi seul dans mes voyages
Fais comme l’amour: allez, va-t’en!
Laisse-moi seul dans mes naufrages

Allez, mon vieux, fais-moi plaisir
Laisse-moi seul sur mon navire

Je sens la tempête qui vient
La tempête qui vient

Laisse-moi seul sur ma galère
Tu sais très bien ce qui se passe
Fais pas semblant d’être mon frère
Rentre chez toi, chacun sa place

Moi, j’ai payé très cher la mienne
Laisse-moi seul en profiter
Laisse-moi seul avec ma peine
Fais comme l’amour passe à côté

Allez va-t’en l’hiver s’en vient
Et l’hiver c’est encore pour moi
Bien sûr je bois, mais tout va bien
Quand je bois, je la revois

Alors, tu veux, fais-moi plaisir
Laisse-moi seul sur mon navire

La tempête!…

Laisse-moi seul avec son rire
Et ses cheveux contre ma bouche
Laisse-moi seul pour la maudire
Maintenant que d’autres la touchent

Laisse-moi seul avec ceux-là
Qui prennent son cul mais pas son cœur
Quand elle dit oui parce qu’elle a froid
Allez va-t-en avant que je pleure

Je sens la tempête qui vient
La tempête qui vient

Je sens la tempête qui vient
La tempête qui vient

Laisse-moi seul avec moi-même
Fais comme l’amour: passe à côté

 

EN RETARD DE SIX HRES AVEC VOUS GRRRRRR

 

**

MA MODESTE CRÉATION  POUR VOUS !!!!

 

 

JE SAIS PAS SI VOUS FAITES CELA

VOUS AUSSI MAIS J`AI UNPLAISIR

REGARDER LES ANCIENS BILLETS

DES MES COPINETS

EN HAUT IL Y A INFO SUR LE BLOG

ET LA ON CLIC SUR ARTICLE AU HAZARD

INTERRESSANT MEME SUR MON PROPRE BLOG

J`AI DES SURPRISES ☺☺☺☺☺☺

ESSAYER VOUS ALLEZ VOIR

***

 

moi je vais au dodo pour une heure ou deux